Enquête Ski et ados – fin

L’enquête « sport de neige » 2015 révèle d’ailleurs que Ados issus de l’immigration sont moins fans ?

C’est vrai, environ deux enfants sur trois savent bien skier – mais les jeunes issus de l’immigration se distinguent nettement à cet égard de la moyenne des Suisses. Car selon les cultures, il existe différentes traditions sportives. Dans notre pays, on va forcément privilégier le ski car nous avons grandi dans un environnement alpin. Depuis des générations, on cultive le goût pour cette activité, ce qui n’est pas forcément le cas des étrangers.

C’est donc un loisir héréditaire, il se perd quand il n’est pas transmis par la famille…

Forcément, les parents qui sont déjà des adeptes des sports de neige vont initier leurs enfants. Et puis il y a les vacances d’hiver, qu’on passe traditionnellement à la montagne. Le ski est dans ce sens une discipline familiale et conviviale. Mais il reste toujours les cours de Jeunesse+Sport pour initier les jeunes.

Entre le déplacement, le matériel et l’abonnement, le ski est une activité onéreuse. Son prix peut refroidir les passions…

Toute activité a un coût, que ce soit des cours de judo, de tennis, de piano… Evidemment, la pratique du ski nécessite un investissement important, mais les Suisses continuent d’investir dans le sport. En tout cas les stations ne semblent pas affectées. Cette année, elles ont fait des chiffres record. Même si c’est la crise, les gens achètent toujours des vêtements, du matériel et des abonnements. Le ski a donc encore de belles années devant lui…

Publicités