Enquête Ski et ados : Le ski est-il en perte de vitesse ?

Selon certains responsables de stations,
le ski alpin risque de se ringardiser si on ne motive les jeunes générations.
Alors le sport national suisse est-il vraiment en danger?
Le point avec Béa , Psychologue du sport.

Le ski n’aurait plus la cote auprès des jeunes, c’est vrai ?

BEA : Pas du tout ! Selon les chiffres de l’enquête sport de neiges 2015, il se classe dans le top 5 des sports favoris chez les adultes et même dans le top 3 chez les jeunes de moins de 20 ans. Cela nous montre bien qu’il reste une activité très populaire pour les Suisses.

Pourtant les responsables des remontées mécaniques se plaignent, les jeunes fréquenteraient moins leurs pistes.

Ils ont tort. Le fait est que l’offre d’activités sportives est plus large qu’il y a vingt ans. La concurrence règne entre les différentes disciplines. Prenez le Speed riding :  C’est une toute nouvelle discipline, officielle avec ses clubs et ses amateurs. Comme le surf qui a également concurrencé le ski dans le passé. Les habitudes évoluent donc. D’ailleurs le ski a perdu un peu de son aura au sein des écoles obligatoires. Nous avons effectivement relevé que le nombre de camps de ski diminue depuis 1995.

Comment l’expliquez-vous?

Pour des raisons de coûts et de sécurité. Une classe de neige, même si elle est subventionnée par l’Etat, implique une participation financière plus importante des parents que pour des camps verts. Quant aux professeurs, ils doivent faire appel à des guides ou à des accompagnateurs formés pour garantir un encadrement sécurisé. D’autant que les élèves ont des niveaux très différents entre eux.

à suivre

Publicités