mes chaussures Clarks

Fonelle d’Or aujourd’hui à Mélisse qui dit que si Inès avait eu VRAIMENT DE L’HUMOUR, pour ce  poisson d’avril, elle aurait fait croire à Sharon Stone qu’elle pouvait écrire mes romans, au lieu de me faire croire à moi que je pouvais écrire les discours de Sharon. (NB. Je précise que Sharon pour me venger, a envoyé ce texto-ci à Inès: « Inès, shame on you… but being tall is not enough »).

Alors le sujet du jour nous emmène très haut : comment faire pour accepter que les choses vieillissent ? Je voudrais parler de mes Clarks.

clarksJ’ai cherché dans tout Paris il y a un mois ces fameuses «desert boots», couleur sable, pour aller avec un nouveau look que j’ai en ce moment, jean slim, tatanes plates, et manteau vintage en vison blanc (chiné). Ce look italo-chic me va tellement à ravir que je vois attacher ma veste avec des cadenas pour pas qu’on me la ravisse quand, par nécessité, je dois l’enlever dans un lieu public.

Bref, le sujet du jour c’est pas ce caban en poils, mais les tatanes ultrasobres que je porte avec. Des tennis, ouais, j’y ai pensé, mais ça fait un peu Deauville.

Alors que la Clarks sable, tout de suite, ça vous balance dans un chic.

Publicités